théâtre

de la bastille

Théâtre de la Bastille

Le Bâtiment de pierre / Asli Erdogan


10 DEC

Avec Clotilde Hesme

Lecture

"J'ai découvert Le bâtiment de pierre l'année de sa publication en 2013. J'ai été très impressionnée par ce vertigineux roman-poème à la fois tranchant et lyrique qui raconte la violence de l'enfermement".
 

Quand j'ai appris l'arrestation d'Asli Erdogan, j'ai eu plus que jamais envie de faire entendre son écriture, sa voix. Parce que réduire un écrivain au silence en l'enfermant est insupportable.
Asli Erdogan est une femme libre qu'un pouvoir fasciste veut priver de liberté, un écrivain dont l'intelligence est perçue nécessairement comme une provocation.

Dans une lettre écrite en prison elle écrit "le gouvernement actuel veut monopoliser la vérité et la réalité et toute opinion un tant soit peu différente de celle du pouvoir est réprimée avec violence".
Récemment le prix Tucholsky Pen Club lui a été décerné. Sa mère qui est allé le chercher en Suède a déclaré:
" Ils ont mis Asli en prison parce qu'elle écrit avec courage des vérités, seulement des vérités" .
Le prix Tucholsky récompense les auteurs luttant pour la paix et la liberté de la presse dans des conditions difficiles.
" Me voilà aujourd'hui en prison pour avoir cru à des mots tels que vérité et paix."A.Erdogan

«  Asli Erdogan, romancière turque, journaliste et militante des droits de l'homme, a été arrêtée par la police turque le 16 août dernier et incarcérée dans la prison de Bakirkoy aux motifs de "propagande pour une organisation terroriste ", "appartenance à une organisation terroriste et "incitation au désordre".
Elle se voit reprocher ses chroniques pour le quotidien pro kurde Özgur Gündem et sa participation au conseil consultatif du journal suspendu par la justice.

Depuis le coup d'état manqué du 15 juillet, le pays s'enfonce un peu plus dans la dictature.
En 4 mois les autorités ont ainsi arrêté, limogé, licencié, ou suspendu plus de 110000 personnes.
Quant aux médias, ils sont muselés. Près de 170 organes de presse, journaux, radios, chaînes de télévision,agences de presse ont été fermés tandis que 130 journalistes turcs ont été arrêtés, 777 cartes ont été annulées, affirme l'association des journalistes de Turquie et Reporters sans frontières.

Le 10 novembre, le parquet d'Istanbul a requis la prison à perpétuité pour Asli Erdogan.

Le 23 novembre, l'annonce de sa libération, ainsi que celle de la traductrice de 70 ans Necmiye Alpay, fait les titres de la presse turque et internationale pour être démentie dans la journée, suscitant l'inquiétude au vu de son état de santé dégradé.

Asli Erdogan est toujours enfermée et risque la prison à vie. »
Clotilde Hesme

© Actes Sud 2013