théâtre

de la bastille

Théâtre de la Bastille

« Art »


02 > 30 JUIN

De et avec Kuno Bakker, Gillis Biesheuvel et Frank Vercruyssen

théâtre

« Mon ami Serge a acheté un tableau. C’est une toile d’environ un mètre soixante sur un mètre vingt, peinte en blanc. Le fond est blanc et si on cligne des yeux, on peut apercevoir de fins liserés blancs transversaux. »

C’est sur ces mots que débute la pièce « Art » de Yasmina Reza dont s’emparent, pour une nouvelle collaboration flamande et néerlandaise, les comédiens de tg STAN et Dood Paard.
Choisir de présenter une pièce comme celle-ci est chose plutôt inattendue au Théâtre de la Bastille. Rien de conventionnel dans cette nouvelle mise en scène où les comédiens se jouent des codes théâtraux, mêlent habilement au jeu leur personnalité réelle, et font de l’adresse au spectateur leur terrain de jeu privilégié.
L’intrigue est simple. Serge, Marc et Yvan sont amis depuis quinze ans. Serge a acquis un tableau entièrement blanc pour 60 000 euros. Marc trouve l’achat de cette « merde blanche » totalement absurde, et remet en cause le jugement esthétique de Serge qu’il accuse de snobisme, se voyant reprocher en retour son manque de curiosité et son cynisme. Quant à Yvan, pris entre deux feux en jouant maladroitement le médiateur, il est accusé de complaisance et de lâcheté.
L’acquisition de cet ectoplasme blanc, sujet de toutes les discussions et objet de la discorde, va alors alimenter de nombreux échanges autour de conceptions divergentes de l’art et de sa valeur marchande, ébranlant la cohésion des trois amis, et révélant au grand jour des différends jusqu’alors inavoués.
Sur scène, alternant entre dialogues rythmés, apartés mesquins, silences forcés, ou encore monologues dévoilant les limites de la communication entre les trois amis, la confrontation des points de vue s'apparente à un combat discursif. En plus du langage, révélant une progression de la violence verbale, et sous couvert de jeux de regards, des jeux de pouvoir se mettent en place, permettant à la tension dramatique de s’installer progressivement, sans pour autant altérer – bien au contraire ! – les ressorts comiques de la pièce dont s’emparent les trois comédiens.
De ce véritable cataclysme verbal (et physique), où vont s’opérer des rebondissements et des renversements de points de vue faisant voler en éclats le trio, aucun des trois amis ne sortira indemne. Le spectateur non plus.
Dans cette remarquable tragi-comédie au canevas ciselé, qui tient également du vaudeville, Yasmina Reza signe une pièce qui interroge la juste valeur de l’amitié et se joue de la complexité des rapports humains.
Mais en réussissant à proposer une focalisation de tous les regards, y compris de ceux des spectateurs sur ce tableau blanc, c’est avant tout une réflexion sur la valeur et la nécessité de l’art contemporain qui est soulevée, réflexion que les trois comédiens ne manquent évidemment pas de reprendre sur scène à leur compte, avec la fantaisie et l'humour qui sont les leurs, afin de défendre leur art, le théâtre.
M.B.

Réalisation +

Conseil costumes An d'Huys « Art » est édité chez Magnard, Collection Classiques et Conteporains

Coproduction tg STAN et Dood Paard Création le 16 octobre 2014 à Campo Nieuwpoort, Gand