théâtre

de la bastille

Théâtre de la Bastille

mor

Introspection


14 SEPT > 20 OCT
Réserver en ligne
théâtre

Gwenaël Morin devient le chef d'orchestre d'une parole emportée

Suite à l'expérience unique du Théâtre Permanent réalisée aux Laboratoires d'Aubervilliers en 2009, puis présentée en partie au Théâtre de la Bastille (Woyzeck, Tartuffe, Bérénice), Gwenaël Morin revient à l'automne avec, cette fois, un texte contemporain.
Introspection dit "je". Mais sur le plateau, sept comédiens s'en emparent en chœur. Gwenaël Morin devient alors le chef d'orchestre d'un singulier pluriel, chuchotant ou vociférant une parole emportée. Le "je" s'affirme dans l'accumulation d'auto-accusations de sa propre existence. Mais cette autocritique se trouble de contradictions et se confond en déraison.

Elsa Kedadouche

fermer Introspection
Article

Introspection [intégral]

Entretien avec Gwenaël Morin réalisé par Elsa Kedadouche

Comment s'est produite votre rencontre avec Peter Handke ?
J’avais utilisé certaines parties de Selbstbesichtigung (Introspection)* dans un montage que j’avais fait pour un spectacle au Théâtre des Ateliers à Lyon qui s’intitulait Théâtre normal. Le spectacle déclinait comme autant de numéros ou de sketches les formes canoniques du théâtre : comédie, tragédie, drame… J’avais utilisé des fragments de Selbstbesichtigung pour illustrer le monologue et poser la question du « je » au théâtre. Aujourd’ hui, je veux approfondir cet aspect qui figurait en citation dans Théâtre normal.

Pourquoi avoir choisi Introspection dans toute l'½uvre de Peter Handke ?
Votre question laisse supposer l’idée que je me serais intéressé a l’½uvre globale de Peter Handke avant de porter mon choix sur Selbstbesichtigung. Ce n’est pas le cas. C’est un ensemble de facteurs multiples qui, comme lors d’une rencontre entre êtres humains, fait que quelque chose se passe. L’ensemble des facteurs qui y contribuent est tellement vaste qu’il vaut mieux parler de hasard. Picasso dit « Je ne cherche pas, je trouve ». J’essaie de développer cette discipline personnelle qui me permet de rester disponible, c’est-à-dire sensible au monde le plus possible. Et parfois, je trouve.

Quelles réflexions sur l'Homme avez-vous retenues dans ce texte ?
« Je est un autre », n’est-ce pas ? Le théâtre comme entreprise de répétition, réactivation, propose une expérience du « Je est un autre ».
Ce que je veux dire avec Selbstbesichtigung, c'est que « je » n’existe que dans la relation à l’autre. L’affirmation du « je », du sujet, n’est possible qu’à partir du moment où je reconnais la réalité de l’autre. Je parle toujours à quelqu’un car la parole n’a de raison d’être que dans le fait de m’adresser à l’autre. La parole est nécessairement donnée. Le théâtre pose les questions : À qui ? Comment ? Pourquoi ?

Pourquoi avoir choisi de former un ch½ur pour un texte utilisant le « je » ?
Selbstbesichtigung est écrit pour deux interprètes, un homme et une femme, mais Peter Handke écrit le texte d’un bloc, sans répartition entre l'homme et la femme. Il donne la responsabilité aux interprètes de se répartir la parole selon leurs propres règles, avec pour seule directive que la construction soit faite dans un souci d’harmonie. Le génie d’Handke est qu’il écrit un monologue pour deux et pose de manière éclatante la relativité absolue du point d’affirmation du « je ».

Quelle est l'origine de ce projet choral ?
L’école de la Comédie de Saint-Etienne m’avait demandé de mettre en scène avec dix élèves, cinq pièces pour deux acteurs de quinze minutes chacune, pouvant être présentées de manière isolée ou bien ensemble à la suite les unes des autres. J’ai essayé d’imaginer un principe qui me permettrait de conserver l’intégrité de l’ensemble dans chacun des fragments.
J’ai pensé à cette sculpture de Tony Cragg qui, cassant une série d’assiettes, les reconstitue ensuite comme un puzzle, d’abord à l’échelle d’une table à manger, puis d’une pièce domestique, puis d’un appartement, puis d'un bloc d’immeubles, puis d’un quartier, puis de la ville entière de Londres. Le ch½ur est une forme extensible, il existe à partir de deux personnes et peut s’accroître à l’infini ou presque. Mais à chaque nouvelle personne, à chaque nouveau choreute, la question de l’intégrité de l’ensemble est posée à nouveau.
Jouer Selbstbesichtigung sous-tend l’expérience d’une double affirmation : celle, précaire, de « Je suis acteur de ma propre vie » et l’autre, utopique, de « Je suis acteur de théâtre ». J’ai pensé que cette expérience était intéressante pour des apprentis comédiens. Expérience faisant, j’ai réalisé que la portée philosophique et poétique du texte de Handke dépassait pour moi largement l’exercice de style.
C’est pourquoi, je veux le refaire et l’approfondir au Théâtre de la Bastille, avec sept voix d’acteurs et d'actrices de générations différentes.

Ce texte sans narration et sans personnages implique-t-il des changements dans votre façon de mettre en scène ?
Non. Je n’ai pas de méthode, je deviendrai ce que le texte fera de moi. Je ne sais pas ce que je vais faire et c’est cela qui m’intéresse : ce qui m’est inconnu, ce qui m’est étranger, ce qui m’est autre. Le spectacle donnera forme à cet autre à venir. Aucun changement donc dans ma façon de travailler, il s’agit encore et encore de faire face au chaos, tenter d’y fonder la possibilité d’un commencement, faire ½uvre d’art.

Réalisation +
Texte Peter Handke
Mise en scène Gwenaël Morin
Assistante Elsa Rooke
Traduction Jean Sigrid
Avec Mounira Barbouch, Mélanie Bourgeois, Alexandre Michel, Gianfranco Poddighe, Thomas Poulard et Natalie Royer
Et la participation en alternance des élèves de la promotion X de l’école de la Comédie de Saint-Etienne Katell Daunis, Clémentine Desgranges, Kathleen Dol, Arthur Fourcade, François Gorrissen, Maud Lefebvre, Lucile Paysant, René Turquois et Béatrice Venet

Production Compagnie Gwenaël Morin
Coproduction Théâtre du Point du Jour/Lyon, L’Amphithéâtre de Pont-de-Claix
Avec le soutien de l’école de la Comédie de Saint-Etienne

L’Arche est éditeur et agent théâtral du texte représenté

La Compagnie Gwenaël Morin est conventionnée par le Ministère de la Culture Drac Rhône-Alpes et la Région Rhône-Alpes et reçoit le soutien de la Ville de Lyon

Ce spectacle a été répété au Théâtre de la Bastille et a bénéficié de son soutien technique