théâtre

de la bastille

Théâtre de la Bastille

ser

HORS-SERIE N°5 - Progénitures


16 > 18 FEV
Réserver en ligne
danse

Une plongée dans les profondeurs d'un univers archaïque, organique, mais toujours poétique

Pierre Guyotat occupe une place capitale dans l’histoire de la littérature française moderne. La guerre, la pulsion sexuelle, la réalité esclavagiste, l’omniprésence divine, animale et l’efficience de la Nature et de la matière constituent la trame de cette œuvre tragique et comique à la fois. Quinze ans après Issê Timossé, pièce de Bernardo Montet d’après un texte de Pierre Guyotat dans laquelle elle dansait, Tal Beit Halachmi a choisi de s’emparer de Progénitures dans un solo physique, dense, enragé, qui se déploie autour d’une cage de métal évoquant les œuvres sculpturales de Louise Bourgeois. On y entend le souffle et la respiration, des craquements, des battements de cœur et le chant de la voix nue. Tal Beit Halachmi s’empare de la langue et de la violence du monde, et propose une plongée dans les profondeurs d’un univers archaïque, organique, toujours poétique et d’une expressivité musicale nouvelle : le corps s’accroche et cherche à être, furieusement.

L.D.
Découvrez l'interview de Tal Beit Halachmi

fermer HORS-SERIE N°5 - Progénitures
Article

HORS-SERIE N°5 - Progénitures [intégral]

Tal Beit Halachmi, interprète phare de Bernardo Montet qu'elle a aussi assisté sur l'ensemble de ses créations depuis 1997, mène parallèlement un travail de chorégraphe. Quinze ans après avoir découvert l'½uvre de Pierre Guyotat en dansant dans Issê Timossé, elle s'empare de Progénitures (2000). Elle crée un solo physique, dense, enragé, qui puise son énergie et son existence dans la poésie de cet auteur contemporain majeur. Sur scène est disposée une structure de métal qui s’inspire des ½uvres sculpturales de Louise Bourgeois. Battements de c½ur, souffle, voix nue : Tal Beit Halachmi offre une plongée dans la violence du monde où le corps cherche à être, furieusement.

Pourquoi avez-vous choisi d'adapter Progénitures ?
Dans l'écriture de Pierre Guyotat, il y a pour moi une chose forte, fondamentale et poétique. Je connais son ½uvre depuis longtemps et j'arrive à un moment où j'ai le désir de porter un texte de cette puissance. Peut-être que le fait que le français n'est pas ma langue maternelle me permet d'entrer dans l'écriture de Pierre Guyotat avec la conscience que la langue est une chose à découvrir et à creuser sans cesse. Ce texte vous prend entièrement et il faut être mûr pour porter une telle ½uvre. C'est l'ampleur de sa beauté, de sa cruauté et de son humour qui m'en donnent le courage. Grande ouverture

Qu'est-ce qui vous touche le plus dans son ½uvre ?
Je me sens toujours profondément concernée par l'univers de Progénitures, par sa musicalité et sa poésie. La place de l'être humain dans le monde est une question qui me hante, ce monde est éprouvé par tant d'atrocités. Quand j'apprends ce texte, j'ai presque le sentiment qu'il y a des couches d'écriture qu'il faut traverser. Moi qui suis née en Israël, j'ai parfois la sensation de me trouver face à un texte biblique et de devoir faire un travail archéologique. Cette écriture solide et forte me semble gravée dans la pierre, dans une matière, sans être jamais rigide, c'est une écriture liée au souffle.

Vous travaillez justement beaucoup à partir du souffle et de la voix…
Oui, mais je travaille la voix comme une voix dansée plus que comme une voix théâtrale : elle provient d'une même recherche intérieure. Quand j'utilise la voix, quand celle-ci survient, rien ne change de la posture, l'engagement corporel reste le même. C'est un souffle qui part d'un corps dansant et qui se transforme en voix puis en verbe. Ce texte est pour moi un grand chant qui rend possible que cette humanité là existe.

Réalisation +
Texte : D'après Progénitures de Pierre Guyotat, © Editions Gallimard
Conception et interprétation : Tal Beit Halachmi
Scénographie : Julien Massé

Costume : Didier Despin
Lumière : Françoise Michel
Créateur son : Jonathan Merlin
Regard : Vincent Dupont

Avec la collaboration de :Faits d'hiver
Production : Association TALITA KOUMI
Coproduction : la Filature – Scène nationale de Mulhouse, La Villette – Paris, Centre chorégraphique national de Tours, Emmetrop – Bourges
Réalisation : Théâtre de la Bastille
Avec le soutien de : l'Arcadi
Projet subventionné par : la DRAC Centre, la Région Centre et la Mairie de Tours
Avec le soutien de : L’Escale – Saint-Cyr-sur-Loire et de la Ville de Montlouis-sur-Loire

REVUE DE PRESSE

      • 23 avr. 2012

        HORS-SERIE N°5 - Still Standing You /

      • 15 févr. 2013

        Tat Beit-Halachmi-Progénitures /

      • 6 févr. 2013

        Sur un plateau /

      • 23 avr. 2012

        HORS-SERIE N°5 - Um espanto não se espera /