théâtre

de la bastille

Théâtre de la Bastille

ma2

Hors-série est pour nous un enjeu artistique et politique.

(...)Le théâtre de la Bastille est une sorte de marge en plein centre (de Paris du moins) ! Nous avons inventé Hors-série pour tenter de créer de la visibilité à ceux qui peuvent en manquer.(...)
(...)Nous ne proposons pas un festival (de l’émergence ou de la jeunesse) mais « une collection », placée au centre de nos saisons.(...)
Hors-série est pour nous un enjeu artistique et politique.
Extrait du texte de Jean-Marie Hordé

fermer HORS-SERIE III
Article

HORS-SERIE III [intégral]

Chacun sait que c’est la marge qui tient la page. La marge aujourd’hui est large, abondante et riche. Comme toute marge, elle aspire - non pas nécessairement à se mettre au centre - mais à être vue du centre et de là, de ses nombreuses périphéries.
Le théâtre de la Bastille est une sorte de marge en plein centre (de Paris du moins) ! Nous avons inventé Hors-série pour tenter de créer de la visibilité à ceux qui peuvent en manquer.
Se greffent à ces considérations artistiques des problèmes idéologiques. Il y avait « le temps de cerveau disponible » (question dont s’empare Alexis Fichet). Il y a aujourd’hui cette découverte : « Le problème de la démocratisation culturelle, c’est la culture elle-même. » (sic) (cf. le rapport fait au ministre). Il importe de rappeler par des gestes visibles et concrets que « rendre populaire » un art qui ne l’est d’abord pas (comme tous) est une tâche qui engage nos libertés, nos sensibilités, nos consciences critiques et que non ! ce n’est ni vain ni inutile. C’est vital pour tous et souvent, magistralement réussi.
Voici aussi pourquoi nous ne proposons pas un festival (de l’émergence ou de la jeunesse) mais « une collection », placée au centre de nos saisons.
Hors-série est pour nous un enjeu artistique et politique.
Jean-Marie Hordé