théâtre

de la bastille

Théâtre de la Bastille

linehangf4

(Hors-Série 2) Montage for Three / Not About Everything


10 > 13 FEV
Réserver en ligne

Pour cette deuxième édition du HORS-SERIE, nous avons souhaité inviter des artistes pour qui la porosité des frontières entre les arts est au cœur de leur travail.

Daniel Linehan est un jeune danseur et chorégraphe originaire de Seattle installé aujourd’hui à Bruxelles, après avoir travaillé à New York. Pour la première fois au Théâtre de La Bastille, il présente deux pièces. Le premier spectacle est à proprement parler une « chorégraphie d’images ». Deux danseurs donnent corps aux images qui sont projetées et réussissent à réanimer les figures statiques dans un dialogue très fertile. Le second spectacle est un solo captivant et amusant, interprété par Daniel Linehan, qui emprunte, cette fois-ci, à la poésie sonore et aux rites des derviches tourneurs. Pendant que le jeune homme n’en finit plus de tourner sur lui-même sur les trente-cinq minutes que dure le spectacle il nous assure de tout ce dont sa performance n’est pas le sujet : « Il ne s’agit ni de thérapie, ni de désespoir, ni d’endurance, ni de Martha Graham, ni de capitalisme… ». Des mots, des idées, qui deviennent en un instant et par ce simple effet d’énonciation, le sujet de nos préoccupations. Dans son art, il s’agit bien de parler du monde mais sans en avoir l’air. Un petit tour et puis s’en va. A.L.

fermer (Hors-Série 2) Montage for Three / Not About Everything
Article

(Hors-Série 2) Montage for Three / Not About Everything [intégral]

ENTRETIEN AVEC DANIEL LINEHAN


QUEL EST VOTRE PARCOURS EN DANSE ?
J’ai commencé la danse à l’adolescence dans la ville où j’habitais à Olympia Washington et j’ai poursuivi à l’Université de Washington à Seattle. Puis je suis allé à New York où je suis devenu danseur professionnel et chorégraphe.
Ma première pièce s’intitule « Digested Noise ». C’est un solo dans lequel je produis un sons et un mouvement continus interrompus par des changements soudains, comme une manière d’imiter les courts circuits abrupts et irrationnels qui apparaissent dans nos pensées quotidiennement. Ce travail a été présenté au festival « Fresh Tracks » au Dance Theatre Workshop à New York en novembre 2004. Par la suite, j’ai créé plusieurs duos et des pièces de groupe. Dans toutes ces pièces, je cherche à assembler des matériaux narratifs, émotifs, linguistiques, oraux, visuels et physiques en une seule forme afin d’en composer une unité organique.

C’est en novembre 2007 que j’ai créé mon solo « Not about Everthing ».

Depuis 2008, j’ai déménagé en Europe, à Bruxelles, pour suivre l’enseignement du cycle de recherche de l’école PARTS que dirige la chorégraphe Anne Teresa de Keersmaeker. Et c’est dans ce cadre que j’ai crée le duo « Montage for three » l’année dernière.


VOUS VENEZ DE CITER LES DEUX PIECES QUE VOUS PRESENTEZ AU THEATRE DE LA BASTILLE « NOT ABOUT EVERYTHING » ET « MONTAGE FOR THREE », QUELLE A ETE VOTRE DEMARCHE DANS CHACUNE DE CES PIECES ?

En tant que chorégraphe, le corps m’intéresse mais pas uniquement comme un mécanisme à produire un mouvement abstrait, mais également comme un „site“ pour d’autres processus comme le langage, la mémoire...

Dans « Not About Everything » je me suis intéressé au langage pour générer du sens. Dans le spectacle, quand je parle de tous ces sujets qui ne sont pas l’objet de la danse, ces mots viennent à l’esprit du public. Le langage commence ainsi à générer du sens même si j’affirme qu’il n’y en a pas, je suis toujours dans la négation.
Exemple :
This is not about everything…
This is not about therapy…desperation…endurance…
This dance is not about everything…
This dance is not about something I don’t know…


Dans ce solo, j’ai également souhaité placer le corps dans une situation extrême et comme cela n’était suffisamment extrême d’être uniquement physiquement rigoureux, je lui ai donné différentes contraintes. C’est pourquoi je ne me contente pas seulement de tourner sur moi-même, je tourne sur moi-même et je parle et je compte en même temps combien de fois je répète ce que je dis et je dois également me souvenir de ce que je vais dire ensuite tout en cherchant l’occasion où je pourrais respirer et je fais bien d’autres actions encore.

Dans « Montage for three », j’ai souhaité placer deux formes opposées côte à côte: le corps humain vivant et animé et les images inanimés de la photographie. Je voulais voir quelles tensions ou quelles harmonies pouvaient en résulter. Je voulais que le corps soit le « site » de la mémoire, mais pas une mémoire nostalgique qui ressent le manque d’une présence, plutôt une mémoire active qui incorpore l’absence. Nous, les deux danseurs, avons pour but de prendre les mêmes rôles que ceux qui sont visibles sur les photos. Ainsi nous devenons des « objets » qui attisent la fantaisie et réveillent la mémoire du public.

Réalisation +
Montage for Three (duo)
Conception et chorégraphie Daniel Linehan
Avec Daniel Linehan et Salka Ardal Rosengren
Lumière Ise Debrouwere et Joe Levasseur

Not About Everything (solo)
Chorégraphie et interprétation Daniel Linehan
Dramaturgie
Juliette Mapp
Lumière Ise Debrouwere et Joe Levasseur
Son Daniel Linehan

Coproduction P.A.R.T.S. – Bruxelles et Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis
Réalisation Théâtre de la Bastille
Administration/diffusion Damien Valette

REVUE DE PRESSE

      • 30 janv. 2010

        Not about everything /