théâtre

de la bastille

Théâtre de la Bastille

Tout ce qui nous reste de la révolution, c'est Simon


24 > 26 MARS
Réserver en ligne
théâtre

Un spectacle imaginé par le collectif l'avantage du doute

En 2005, j’invitais les acteurs de tg STAN à s’installer durablement au Théâtre de la Bastille. Au coeur du projet, deux reprises : My Dinner with Andréet Voir et voir et deux créations : Anathema et L’Avantage du doute.

Ce dernier fut réalisé sur les bases d’un stage dirigé par Frank Vercruyssen pour des acteurs français au Théâtre Garonne, à Toulouse. Parmi eux, Simon Bakhouche et Nadir Legrand. Sortant de cette aventure, un certain nombre de ces acteurs décidèrent de rester liés. Ils prirent le nom du spectacle qui les avait réunis : L’Avantage du doute ! Un nouveau groupe était né.
Le premier projet issu de la réunion de ces générations différentes fut de réinterroger Mai 68. Hélène Laverge les accueillit au Bateau Feu à Dunkerque pour un premier workshop et un travail d’enquête, que je suis allé voir, bien sûr.
L’année d’après, à l’automne 2008, un spectacle naissait. Seul Nadir Legrand manquait, retenu par Les Possédés en tournée. Ainsi en va-t-il des scissiparités ! Mais il revient.
Après une telle histoire, il eut été dommage de ne pas chercher quelques jours libres au cours de la présence des Possédés pour qu’ils continuent à la Bastille ce qu’ils y ont si bien commencé.
Voici donc, né des STAN et des Possédés, Tout ce qui nous reste de la révolution, c’est Simon.
Jean-Marie Hordé

fermer Tout ce qui nous reste de la révolution, c'est Simon
Article

Tout ce qui nous reste de la révolution, c'est Simon [intégral]

Tout ce qui nous reste...

La question de l’engagement politique est apparue très tôt dans nos discussions comme un thème de travail susceptible de nous fédérer. En cherchant les possibilités d’un engagement politique et poétique commun, nous nous sommes trouvés confrontés à la question de notre héritage, de ces combats dont nous sommes irrémédiablement issus, mais qui ne seront, en même temps, jamais les nôtres.

Les utopies et les luttes collectives des années 68-70 se sont imposées comme un repère, un terreau commun : références en art, en politique, histoire de nos parents, histoire de Simon Bakhouche, rêve ou repoussoir, mythe de notre enfance. Rupture ou continuité, la comparaison avec cette époque nous permet de poser des bases pour comprendre notre génération de trentenaires.

Qualifiés par la génération « l’imagination au pouvoir » de «génération sacrifiée », « génération sida » en passant par « génération chômage », nous voulons nous donner notre propre nom, un nom qui ne serait pas « génération dommage pour nous, on n’est pas né au bon moment ».

Ainsi, Mai 68 et la période qui a suivi ont été pour nous davantage un moyen, un chemin qu’une destination, pour questionner le rapport de l’intime et du social, du politique et de la famille, de l’art et de la vie en société.

Autrement dit…
« Pour beaucoup de gens la véritable perte du sens politique c’est de rejoindre une formation de parti, subir sa règle, sa loi (...). Je ne sais pas ce que vous en pensez. Pour moi la perte politique c’est avant tout la perte de soi, la perte de sa colère autant que celle de sa douceur, la perte de sa haine, de sa faculté de haine, autant que celle de sa faculté d’aimer, la perte de son imprudence autant que celle de sa modération, la perte d’un excès autant que celle d’une mesure, la perte de la folie, de sa naïveté, la perte de son courage comme celle de sa lâcheté, autant que celle de son épouvante devant
toute chose autant que celle de sa confi ance, la perte de ses pleurs comme celle de sa joie. Voilà ce que je pense moi. »

Marguerite Duras
Les yeux verts

Réalisation +
Un spectacle conçu par Simon Bakhouche, Mélanie Bestel, Judith Davis, Claire Dumas, Nadir Legrand

Avec : Simon Bakhouche, Mélanie Bestel, Judith Davis, Claire Dumas

Production déléguée Le Bateau Feu-Scène nationale de Dunkerque
Coproduction La Comédie de
Béthune-Centre dramatique national du Nord-Pasde-Calais

Avec le soutien de La Ferme du Buisson-Scène nationale de Marne-la-Vallée
Réalisation Théâtre de la Bastille

Compléments biographiques dans le dossier de presse.