théâtre

de la bastille

Théâtre de la Bastille

regia.jpg

Régi.


29 MARS > 08 AVRIL
Réserver en ligne

Chorégraphe exigeant, Boris Charmatz est l'un des plus impressionnants danseurs de notre époque.

Le Théâtre de la Bastille et le Théâtre de la Ville présentent


29 mars au 8 avril
à 21 h, relâche le dimanche

Régi

Chorégraphie de Boris Charmatz. Interprétation Julia Cima, Raimund Hoghe et Boris Charmatz. Lumière Yves Godin. Direction technique et conception décor Alexandre Diaz. Construction décor Pierre Matthiot.


Pour comprendre le travail chorégraphique de Boris Charmatz, peut-être faut-il crier très fort « À bras le corps », comme d'autres crient « Aux armes ». Cri de ralliement, le titre de son premier spectacle - un duo écrit et interprété avec Dimitri Chamblas en 1993 - a le pouvoir de rassembler mais, aussi et surtout, de mettre en alerte – ne suffit-il pas d'une lettre pour transformer la formule en « À bas le corps » ? Le dialogue qu'il entretient avec sa discipline est passionné et critique, fougueux et lucide. Il n'a de cesse, au fil de ses multiples projets, de mettre en péril les canons de la danse : la beauté et la grâce de l'interprète, la nudité comme allégorie de la liberté, le rapport à la musique, la mise en espace, la formation du danseur... Et dans un même mouvement, il cherche sans répit des voies nouvelles pour que le spectateur ne soit pas uniquement transporté par le mouvement dansé, « mais qu'il se demande plus si tel geste est ou non garant de liberté ou d'expression du sujet ».

Cette déclaration formulée à la toute première page du livre Entretenir, écrit avec Isabelle Launay, nous permet de comprendre le choc ressenti par Boris Charmatz face à Raimund Hoghe. Sa densité scénique semble répondre de manière évidente à la question de la présence qui hante le jeune chorégraphe. « Quand il danse, précise-t-il, on ne voit que Raimund, on ne voit pas le danseur traversé par une chorégraphie, sa présence l'avale ». Survolté par cette rencontre, Boris Charmatz imagine, comme on tente de dévoiler un mystère, de danser avec lui un duo qui reposerait sur l'exercice suivant : essayer de toucher toutes les parties du corps de son partenaire avec toutes les parties de son propre corps et vice-versa. La performance n'aura pas lieu mais le projet Régi, dernière création de Boris Charmatz, est né.

Cette création est très attendue. Con fort fleuve, dernière pièce écrite pour une scène de théâtre, date en effet de 1999, voilà donc plus de cinq ans. Cinq années de créations et de réflexions prolifiques marquées par des projets aussi différents que héâtre-élévision (2002), installation chorégraphique pour un spectateur unique, Entraînements (2003), série d'événements artistiques dans divers lieux de Paris et de Seine-Saint-Denis, et plus récemment Bocal (2003-2004), école nomade et éphémère. Sans oublier l'accompagnement du spectacle Visitations de Julia Cima (2005). Aujourd'hui, comme s'il remettait les compteurs à zéro, Boris Charmatz déclare vouloir revenir à quelque chose de très simple dans le rapport scène-salle, dans l'utilisation du plateau, dans le mouvement. Parce qu'il souhaite une relation de travail placée sous le signe de la confiance et de la délicatesse, la présence de Julia Cima, danseuse intrépide et fidèle interprète de toutes ses pièces depuis Aatt enen tionon en 1995, s'impose comme une nécessité et transforme le duo imaginé entre lui et Raimund Hoghe en trio.

Le titre Régi suggère-t-il que Boris Charmatz a choisi de déléguer son pouvoir de chorégraphe ? Repenser la danse à travers la présence puissante de Raimund Hoghe, c'est certainement pour Boris Charmatz vouloir imaginer des procédés qui ne font pas appel à ses indications. Radical, il décide, de surcroît, de soumettre une partie de la création à la contrainte de quelques machines simples et parle de chorégraphie pour corps inertes : il s'agirait d'organiser l'accouchement du geste par des actions élémentaires, le levé, le baissé, le porté, le déplacé... Le corps ainsi manipulé cracherait peut-être alors, en des gestes modestes mais authentiques, toute la vérité de son histoire ?




REVUE DE PRESSE

      • 16 mars 2006

        Tournée 2006 /

      • 16 mars 2006

        Pour comprendre le travail chorégraphique de Boris Charmatz par Aude Lavigne. /

      • 9 juin 2006

        Boris Charmatz. Télérama 29 mars au 4 avril. /

      • 21 févr. 2006

        Les corps tractés de Charmatz. Libération 17 Février 2006. /

      • 7 avr. 2006

        Raimund Hoghe, pantin docile de Boris Charmatz Le Monde 31 mars 2006. /

      • 16 mars 2006

        Matrice pour notre trio par Boris Charmatz. /

      • 9 juin 2006

        Boris Charmatz. Paris Capitale Mars 2006. /

      • 7 mars 2006

        Régi, rég, réagir ! Danser mars 2006. /

      • 9 juin 2006

        Régi. PAM mars 2006. /

      • 16 mars 2006

        L'association EDNA /

      • 21 juin 2006

        Au grand large Le Figaro 10 mars 2006. /

      • 9 mars 2006

        Moteur! Les Inrockuptibles du 8 au 14 mars 2006. /

      • 9 juin 2006

        Charmatz tenté par l'homme machine. EPOK 10 au 16 février 2006. /

      • 16 mars 2006

        Boris Charmatz éléments biographiques /

      • 21 juin 2006

        Régi, chorégraphie de Boris Charmatz. Les Inrockuptibles 28 mars au 3 avril 2006. /

      • 14 mars 2006

        Ceux qui cherchent et ceux qui trouvent. L'Humanité 13 mars 2006. /

      • 9 juin 2006

        Les corps fantômes. Revue TOC avril 2006. /

      • 16 mars 2006

        Julia Cima eléments biographiques. /

      • 21 juin 2006

        Le Prince Charmatz. ELLE 27 mars 2006. /

      • 14 mars 2006

        L'usine en gestes de Charmatz . L'Humanité 13 amrs 2006. /

      • 9 juin 2006

        Régi. Le Nouvel Observateur 30 mars au 5 avril 2006. /

      • 16 mars 2006

        Raimund Hoghe éléments biographiques. /

      • 16 mars 2006

        Régi par Boris Charmatz /

      • 9 juin 2006

        Boris Charmatz. 20 MINUTES 29 mars 2006. /