théâtre

de la bastille

Théâtre de la Bastille

Occupation
Occupation
Occupation
Occupation

Occupation 2

Le collectif L'Avantage du doute s'installe au Théâtre de la Bastille...

 

23 MAI > 16 JUIN
Lire l'édito

Occupation
Occupation
Occupation

Grande traversée
23 > 27 MAI

Grande traversée


23 > 27 MAI

Avec Simon Bakhouche, Mélanie Bestel, Judith Davis, Claire Dumas et Nadir Legrand

 

théâtre

Afin d’inaugurer « Occupation 2 », le collectif L’Avantage du doute revisitera ses trois premiers spectacles, tous présentés au Théâtre de la Bastille, sous la forme d’une pièce unique. Qu’est-ce qui a changé depuis leurs créations ? Qu’est-ce qui n’a pas bougé ? Comment trouver, ensemble, le germe d’un questionnement futur ?
Tout ce qui nous reste de la révolution, c’est Simon questionnait l’engagement politique à la lumière de Mai 68, La Légende de Bornéo les formes contemporaines du travail tandis que Le bruit court que nous ne sommes plus en direct interrogeait le rôle des médias dans notre vie quotidienne. Revisiter ces spectacles, cela signifie en écrire une trajectoire nouvelle, mais aussi porter un regard rétrospectif, critique et sans aucun doute fécond.
Une traversée en forme d’invitation au voyage et au doute. Une belle entrée en matière, pour découvrir ou redécouvrir le travail du collectif.

 

Réalisation +

Lumière et régie générale Wilfried Gourdin Vidéo Kristelle Paré Collaboration technique Erwan Belland, Jérôme Perez et Thomas Rathier

 

 

Occupation
Occupation
Occupation

Veillées
31 MAI > 16 JUIN

Veillées


31 MAI > 16 JUIN

Avec Mélanie Bestel, Judith Davis, Claire Dumas, Nadir Legrand et des invités à venir

 

théâtre

Au cours de trois soirées, L’Avantage du doute convie les spectateurs à « déplier » son théâtre, dévoilant la face cachée de ses spectacles. Des veillées expérimentales et éphémères, qui verront le collectif remettre ses questionnements en chantier et partager un processus de création fait d’enquêtes, d’interviews et de débats.

Veillée de mai
31 mai

Pour le premier rendez-vous, L’Avantage du doute revient sur sa pièce Tout ce qui nous reste de la révolution, c’est Simon Un demi-siècle après Mai 68, quelles sont les nouvelles formes de politisation ?

Notre engagement s’est-il libéré de l’idéologie et des logiques de partis ? Comment faire l’expérience d’une démocratie participative ?
La veillée entremêlera débat et projection de film, avant de laisser la parole à de mystérieux invités qui viendront partager leur histoire, alliant intime et politique. Tout cela afin de s’emparer des thématiques et matériaux qui ont servi à l’écriture du spectacle et mettre ensemble, spectateurs comme artistes, le doute en pratique.
 

Veillée sans écrans
7 juin

Avec le spectacle Le bruit court que nous ne sommes plus en direct, le collectif tentait d’inventer une autre télévision en créant une chaîne citoyenne. Cette deuxième veillée sera ainsi l’occasion de porter un regard critique sur nos médias : comment suspendre le flux incessant de l’actualité ? Quels outils continuons-nous de créer pour résister à la récupération de tout contre-pouvoir ?
Cette veillée interrogera notamment le rôle des écrans dans la vie des enfants. Plusieurs interventions permettront de croiser la parole d’artistes, de parents et de spécialistes. Les enfants auront également leur mot à dire en réinventant les médias à travers un JT conçu avec le journaliste John Paul Lepers.
 

Veillée des orangs-outangs
16 juin

Alors que le code du travail est réformé, les questions que posait le spectacle La Légende de Bornéo semblent plus que jamais d’actualité. Quelles relations entretenons-nous avec le travail et le chômage ?
Entre revenu universel et nouveaux modes de management, comment vivons-nous cette étrange servitude volontaire ?
À cette occasion, le collectif rejouera pour les questionner des scènes du spectacle. Cette troisième veillée sera l’occasion d’explorer ces questions essentielles pour résister et placer haut le rire émancipateur ! L’organisation du travail et son influence dans la vie intime sera ensuite débattue par plusieurs invités.

 

Réalisation +

Veillée de mai Une soirée conçue par L'Avantage du doute Lumière et régie générale Wilfried Gourdin Veillée sans écrans Une soirée conçue par L'Avantage du doute Intervention de John Paul Lepers (ON Y VA! Media /LaTéléLibre) Avec Mélanie Bestel, Judith Davis, Claire Dumas, Nadir Legrand et John Paul Lepers Lumière et régie générale Wilfried Gourdin Invités Jacques Brodeur (initiateur des Défis sans écrans, sous réserve) et Noam Roubah (producteur) Veillée des orangs-outangs Une soirée conçue par L'Avantage du doute Avec Mélanie Bestel, Judith Davis, Claire Dumas, Nadir Legrand et les invités de La Veillée des orangs-outangs Lumière et régie général Wilfried Gourdin

 

 

 

Occupation
Occupation
Occupation

La Caverne
05 > 15 JUIN

Avec Mélanie Bestel, Judith Davis, Claire Dumas, Émilie Lafarge, Nadir Legrand.

théâtre

Spectacle tout public à partir de 7 ans

Quelles relations entretiennent nos enfants avec les écrans et leurs contenus ?
Nous sommes en 2516, au Royaume de La Caverne, où vivent les souterriens. La légende dit que leurs ancêtres terriens ont dû fuir la surface de la planète parce que « le soleil s’est rapproché trop près de la terre ». Sous terre, leur vie est rythmée par des divertissements de masse et une technologie ultra-connectée. Parmi eux, la petite Manon se sent différente... Elle va alors découvrir le monde du dehors.
Librement inspiré de l’allégorie de Platon et de la littérature fantastique, le collectif L’Avantage du doute mêle humour et poésie dans cette fable « écolo-futuriste » et invite, petits et grands, à questionner la place de la technologie et du virtuel dans notre quotidien.

 

Réalisation +

Création collective de L’Avantage du doute dirigée par Nadir Legrand Texte de Nadir Legrand en collaboration avec les acteurs Mélanie Bestel, Judith Davis, Claire Dumas, Émilie Lafarge et Christophe Paou
Scénographie Delphine Sainte-Marie Création lumières Jérôme Perez Création vidéo Kristelle Paré et Baptiste Klein Création costumes Marta Rossi Régie générale Wilfried Gourdin

Occupation
Occupation
Occupation

Semaine sans écrans
04 > 10 JUIN

Semaine sans écrans


04 > 10 JUIN

 

Addictifs, nocifs mais aussi éducatifs et interactifs... les écrans ont mauvaise presse mais une très bonne santé économique. Quel rôle jouent-ils dans nos vies ? Sont-ils trop nombreux ? Quels sont nos usages et quels sont leurs pouvoirs ?
Le collectif L'Avantage du doute nous propose de faire l'expérience d'une Semaine sans écrans et d'observer individuellement et collectivement nos découvertes et nos questions sur ce sujet vivement actuel. S'inspirant des « Défis sans écran » initiés par Jacques Brodeur, enseignant québécois, cette semaine prévoit la création d'un JT des enfants et sa diffusion, la création d’une œuvre collective d’art brut, des ateliers sur les images pour petits et grands, un atelier d'écriture sur le doute...

Et chaque soir, le Théâtre de la Bastille vous invite aussi à partager son Salon Occupation en alternative aux écrans, un espace de réflexion et de convivialité pour « veiller » ensemble.
Détails des soirées à venir. Inscriptions sur place.

 

Réalisation +

JT des enfants animé par John-Paul Lepers (ON Y VA! Media / LaTéléLibre) Réalisation John Paul Lepers Image Romain Potocki Montage Thibault Pomares

Occupation
Occupation
Occupation

Laboratoire Social
20 JANV > 06 MAI

Laboratoire Social


20 JANV > 06 MAI

 

Le samedi 20 janvier 2018 le Collectif L'Avantage du doute a commencé son Laboratoire social.

Qu'est-ce que le Laboratoire social ?
Le collectif L'Avantage du doute a invité seize participants à expérimenter leur méthode : un exercice démocratique plaçant le doute et le désaccord au cœur de la démarche. Le temps de quatre week-ends, le collectif partira des préoccupations de chacun puis les accompagnera dans leur enquête pour savoir ce qu'ils pourront affirmer et défendre en commun. 

Retour sur la première rencontre
"Aujourd’hui, avec les seize participants et le collectif L'Avantage du doute, nous nous rencontrons.
Notre groupe est composé de femmes et d’hommes âgés de 17 à 70 ans et nos horizons sont très différents. Autour d’une grande table, la parole tourne pour aborder ce qui nous questionne, nous touche et nous révolte.
Nous parlons de bienveillance, de violence urbaine, d’altérité, de lenteur, de non-jugement, d’identité, de territoire... Nous observons des points communs très forts et le thème de l’accueil en particulier, intime ou politique, semble se dégager.
Après huit heures de réflexion et de partages, nous nous connaissons mieux. Nous avons des pistes de travail, un questionnaire commun et nous nous retrouverons pour poursuivre ce laboratoire et tenter un geste d'écriture collective." Elsa Kedadouche