théâtre

de la bastille

Théâtre de la Bastille

PHÈDRE!

Fondée en 2005, la 2b company a créé au fil des années un répertoire de spectacles et petites formes qui ont en commun de regarder notre monde avec une joie et une idiotie toutes philosophiques. Le Théâtre de la Bastille accueillera d’abord Phèdre !, variation écrite et mise en scène par François Gremaud, avant de dédier plusieurs soirées au fantasque collectif GREMAUD / GURTNER / BOVAY.

Pour tout décor, une moquette beige sur laquelle trône une simple table. Accueillant les spectateurs avec un large sourire au visage et un petit livre à la main, le comédien Romain Daroles semble camper un conférencier débordant d’enthousiasme et passé maître dans l’art de la digression. Il se passionne pour la pièce de Jean Racine et son contexte historique, s’extasie devant l’art de l’alexandrin, cite Barbara et Dalida, jamais à l’abri d’un pas de côté ou d’un trait d’humour potache. La pièce semble n’avoir pas encore débuté et nous voilà arpentant à ses côtés la généalogie mythique de Phèdre. Reine d’Athènes, épouse de Thésée, fille de Minos et de Pasiphaé, petite-fille du Soleil et demi-sœur du Minotaure… le jeu de piste prend la forme d’un savant labyrinthe que Romain Daroles dénoue sous nos yeux.
Par un subtil jeu de décalage, François Gremaud ne met pas en scène la pièce de Racine mais l’admiration d’un comédien pour l’art du dramaturge. Ce faisant, il n’épuise pas le texte, pas plus que la comédie n’empêche le tragique de surgir. Énonçant quelques vers, Romain Daroles est bientôt traversé par les différents personnages, transporté par la langue de Racine, rappelant ainsi que Phèdre est d’abord une tragédie de la parole.
Car le crime de Phèdre est moins d’aimer Hippolyte que d’avoir avoué sa passion, profitant de la mort présumée de Thésée. Prenant mille détours pour dire le transport amoureux, les mots bouleversent et brûlent d’une joie ambiguë, aussi cruelle que sensuelle. La puissance de cette langue va au-delà de la psychologie des situations et de l’injonction morale qu’on prêtait alors à la tragédie : ce qui brille si intensément, c’est le jouissif vertige du désir. Et pour François Gremaud, la passion à l’égard d’un texte n’est pas si éloignée de la passion amoureuse. Dans la poésie racinienne, le désir fait naître une altérité en soi : l’être aimé nous déborde comme le texte finit par déborder le comédien.
Écrivant une pièce dans la pièce, de la tragédie à la comédie (et vice-versa), François Gremaud célèbre ainsi la joie de transmettre, la nécessité de toujours s’étonner et l’amour du théâtre.

Victor Roussel

Ce spectacle existe en deux versions : l'une jouée en salle pour tous publics, l'autre jouée en classe, pour les élèves de lycées. Pour la version en classe, contacter Elsa : elsa@theatre-bastille.com

Réalisation +


Spectacle de François Gremaud / 2b company Conception et mise en scène François Gremaud Texte Jean Racine, François Gremaud et Romain Daroles Assistant à la mise en scène Mathias Brossard Lumières Stéphane Gattoni

 

Production 2b company Production déléguée Théâtre Vidy-Lausanne Avec le soutien de la Loterie Romande, du Pour-cent culturel Migros, de la Fondation Hirzel, de la Ville de Lausanne, de Pro Helvetia - fondation suisse pour la culture, de CORODIS et d’une fondation privée genevoise
Administration, production et diffusion Michaël Monney